Lifting du visage et du cou

Le processus de vieillissement du visage débute par un relâchement cutané du à une perte progressive de l’élasticité cutanée, puis un amincissement de l’épaisseur du derme avec apparition de plis, de rides et de ridules. Il s’en suit une diminution progressive des volumes sous-cutanés et une résorption osseuse avec un relâchement des muscles faciaux et une contracture des muscles du cou et du front. Ce qui donne un affaissement des pommettes et des bajoues, un creusement des replis naso-géniens, l’apparition de cordes musculaires du cou et la perte de la définition de l’ovale du visage et de l’angle cervico-facial.

D’une manière générale, Le traitement du relâchement cutanéo-musculaire est essentiellement chirurgical, c’est le classique lifting de la face, du cou et des paupières. Il consiste à retirer l’excèdent de peau et refixer les structures du visage plus haut afin de contrecarrer l’effet de la pesanteur.

Le lifting:

Il n’existe pas un lifting mais des liftings. Ils ont en commun la remise en tension la peau et les tissus sous cutanés et musculaires du visage, moyennant un abord chirurgical plus ou moins limité camouflé dans un pli du visage. Le lifting classique est le plus demandé, c’est le cervico-facial, il intéresse le visage et le cou, il peut être facial isolé ou cervical isolé. Les autres liftings concernent les autres étages de la face, d’où on parle de lifting frontal, lifting temporal ou « pince mannequin », lifting malaire pour les pommettes

La technique classique du lifting cervico-facial : Dans le lifting classique de la face et du cou, l’incision est actuellement plus discrète et aisément dissimulable permettant de porter des cheveux courts ou en arrière. Elle passe en regard puis en partie à l’intérieur de l’oreille, puis en arrière de celle ci dans le cuir chevelu. Cette intervention qui a bénéficié d’une récente modernisation mais reste incontournable à ce jour. Elle permet d’obtenir un résultat naturel et constant de rajeunissement aussi bien sur le plan physique que psychologique.

Les candidates :

Elle est réalisée en moyenne à l’âge de 45 à 50 ans, parfois plus précocement après un amaigrissement par exemple, ou plus tard selon la qualité des tissus et le mode de vie de la patiente ou le patient.

Les suites : l’intervention est longue mais pas lourde. L’anesthésie utilisée est adaptée et légère. Après une nuit en clinique avec un bandage sur le visage, le ou la patiente sort de la clinique le visage découvert mais tuméfié avec quelques ecchymoses. Les points de suture utilisés sont résorbables spontanément. Le premier shampooing peut être fait précautionneusement dés le 5éme jour. Le patient est présentable après 15 à 20 jours.

Les Nouveautés :

  1. Le mini lift et le soft lift sont de véritables liftings mais qui sont légers et localisés, avec des cicatrices courtes. Ils sont réalisés de plus en plus précocement avant la grande dégradation cutanée et sous cutanée. Le résultat est plus discret et plus naturel.
  2. le progrès dans les types d’anesthésie proposée: Il s’agit souvent d’une Neurolept-analgésie, associée à une anesthésie locale donne un état de somnolence éveillée superficielle et lève la sensibilité du visage. Elle permet un réveil immédiat très doux.
  3. une nouvelle vision «tridimensionnelle» du lifting associant l’ascension des structures cutanées, sous-cutanées et musculaires, une lipoaspiration du double menton et des bajoues lorsqu’elles existent, et restitution des volumes qui manquent par réinjection de graisse ou par un autre produit de comblement dans les pommettes, les joues et les sillons.
    On peut aussi compléter a à la demande par un réourlage des lèvres, un lifting des paupières ou une rhinoplastie de rajeunissement.

   Les Questions Fréquemment Posées

Quels sont les différents modes d’anesthésie possible?

En matière de lifting cervico-facial, tous les modes d’anesthésie sont possibles.

– L’anesthésie locale: Elle demande une réelle motivation de la part de la patiente car le geste chirurgical est long. Surtout réservé au Soft lifting et aux patientes calmes, dociles et non anxieuses.

– La Neurolept-analgésie: c’est une médication par voie intraveineuse qui vous permet au patient de s’assoupir sans être endormi profondément et évite l’intubation. Il est également réservé aux patientes non anxieuses.

– L’anesthésie générale: Il s’agit du mode d’anesthésie le plus courant car le plus confortable pour le chirurgien et pour la patiente.

Quel est l’âge idéal du lifting cervico-facial?

Il n’existe pas d’âge idéal. Le lifting cervico-facial doit être motivé physiquement et psychologiquement.

Il est effectué d’un commun accord entre le chirurgien et la patiente sur des constatations physiques visibles et évidentes, ne laissant aucun doute sur le relâchement cutané ou musculo-cutané.

L’indication opératoire doit donc être sérieuse et réfléchie. Cependant, plus un lifting est pratiqué jeune et plus le résultat sera spectaculaire puisqu’il mènera à un âge plus précoce.

Où se place la cicatrice?

Elle se situe en arrière, derrière l’oreille, camouflée dans le cuir chevelu et en avant de celle ci dans un pli naturel. Devant elle est même parfois placée a la face postérieure du tragus ( proéminence située devant l’oreille).

Lorsqu’elle est bien réalisée, elle ne se voit pratiquement pas et permet aisément n’importe quelle coiffure.

Après combien de temps peut on reprendre ses activités normales ?

Dans les 8 premiers jours, persistent les œdèmes et éventuels  » bleus ». De plus les fils chirurgicaux sont encore en place. La reprise d’une activité normale est donc illusoire. Après le huitième jour, les fils sont retirés et le maquillage est recommandé. Il est alors tout à fait possible de reprendre progressivement une activité normale. Le visage est encore gonflé au 8éme jour mais parfaitement présentable.

A la fin du premier mois, le visage est totalement dégonflé.

A partir du deuxième mois, le résultat est optimal.

Quels sont les risques opératoires ?

 

– L’hématome: Cette complication est rare et survient lors de l’hospitalisation. Il s’agit d’une collection de sang sous la peau qui peut nécessiter une petite reprise au bloc opératoire sous anesthésie locale ou générale pour évacuer le sang. Cette complication survient dans les 24 premières heures dans la plupart des cas. Elle ne remet pas en cause le résultat ultérieur du lifting.

– L’infection: Elle se manifeste par une zone rouge et douloureuse au niveau des cicatrices associé à de la fièvre le plus souvent. Il s’agit d’une complication rarissime qui nécessite le plus souvent des soins de pansement quotidiens et des antibiotiques.

– L’asymétrie faciale: Elle peut concerner le sourcil qui devient immobile par atteinte partielle du rameau moteur dépendant du nerf facial. Il faut cependant savoir qu’il s’agit d’une complication très rare ( < 1%) et elle régresse le plus souvent en quelques semaines (3 à 6 en général).

– Le retard de cicatrisation: La peau peut ne pas cicatriser parfaitement en une semaine mais en deux ou trois semaines. Cette complication est due à un manque d’irrigation par les vaisseaux sanguins de la peau sur une petite surface ( en particulier chez les fumeuses). Le traitement repose sur des soins de peau quotidiens

Que peut on attendre en terme de rajeunissement?

L’effet de rajeunissement est souvent manifeste par la remise en tension des structures cutanées et musculaires, ce qui permet de retrouver les traits du visage de 10 ans auparavant .

Quels sont les soins post opératoires?

Ils sont très simples. Les fils sont retirés au 8ème jour et le maquillage peut être repris.

Au 10ème jour, des drainages lymphatiques peuvent être utiles afin réduire l’œdème.

Peut on associer d’autres interventions sur le visage?

Oui. Les plus fréquemment associées sont les paupières ou le lifting du front qui s’intègrent dans le cadre d’une chirurgie de rajeunissement facial.

Est ce qu’il existe des alternatives au lifting ?

Aucun traitement non chirurgical ne permet de supprimer un excès de peau important. Lorsqu’il est jugé nécessaire aucun traitement ne peut le remplacer.

Les injections diverses permettent la correction d’une ou plusieurs rides mais n’ont pas l’effet d’un lifting. Le laser ou les différents peelings permettent de lisser la peau mais ne suppriment pas l’excès de peau.

Peut on faire un deuxième lifting?

Techniquement, il n’existe pas de contre indication à la pratique d’un deuxième lifting. Il peut être envisagé 10 ans après un premier lifting.

Le visage figé est il possible?

Le visage figé existe lorsque la traction s’effectue sur la peau seulement et pas sur les muscles du visage. Les techniques actuelles permettent un résultat très naturel d’autant plus qu’on associe souvent des nouvelles techniques d’augmentation des pommettes et des tempes afin de restructurer tout le visage par lipofilling(reinjection de graisse).

Le blues post lifting?

Après l’intervention le visage peut être tuméfié et la mimique un peu perturbée pendant un certain temps. Durant ce délai, le ou la patiente peut se remettre en question. Ces sentiments sont souvent transitoires.

Le drainage lymphatique post opératoire est-il obligatoire?

Le drainage post lifting permet de limiter les œdèmes post opératoires. Le résultat est acquis plus rapidement.

Après combien de temps, les cicatrices prennent leur aspect définitif?

Ce n’est qu’après six mois à un an que les cicatrices prennent leur aspect définitif.

Quelle est la durée de l’hospitalisation?

24 à 48 heures. Sortie sans pansement.

À Propos

Un concept multidisciplinaire unique. Vous y trouvez en effet sous le même toit des praticiens accrédités auprès des cliniques et des hôpitaux, entourés d’un personnel soignant très qualifié.

Charte d'utilisation | Mentions légales

Newsletter

Inscrivez-vous pour être à jour de nos dernières actualités.

Contact

0 Partages
Partagez
Tweetez
Enregistrer